Tout un tas d’horizons

Série: 
DIA©®
Type de performance: 
Performance
Concepteur: 
Olivier Garcin
Executant: 
Olivier Garcin
Contexte théorique: 
Le travail d’Olivier Garcin intrigue, il est incontestablement sur la scène de l’art, à Nice et un peu ailleurs en 1984,( il participa au cycle « attention peinture fraîche » à la GAC des musées de Nice et à l’exposition inaugurale du CNAC Villa Arson « écritures dans la peinture » mais sans peinture, ses « objets produits » sont très « atypiques » dans un contexte où la peinture domine ses amis de l’Atelier l’accueillent pour lui trouver une place.
Effectuations: 

Bande son de l'environnement

Eric Papon
Synopsis / Description: 
Bande son de l'environnement
Objets: 

une série de dessins réalisés dans le noir au pastel

Technique description référence: 
une série de dessins réalisés dans le noir au pastel
format raisin

deux paniers de 80 diapositives chacun contenant des photos de paysages

Technique description référence: 
deux paniers de 80 diapositives chacun contenant des photos de paysages

une série de dessins réalisés dans le noir au pastel

Technique description référence: 
une série de dessins réalisés dans le noir au pastel
format grand aigle
Documents: 

carton d'invitation

Type: 
Imprimé
Technique description référence: 
carton d'invitation
GARCIN

deux dessins descriptifs du dispositif installé

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
deux dessins descriptifs du dispositif installé
GARCIN

un texte théorique : <em>quand je marche</em>

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
un texte théorique : <em>quand je marche</em>
ADAM__
Description: 
- à « l’Atelier » :
Il y a d’abord une installation constituée :
- d’un accrochage de dessins aux pastels secs colorés projetant sur le papier des « images mentales » du corps réalisés dans le noir dans son atelier,
- d’un texte dactylographié accroché avec les pastels « quand je marche… »,
- de néons éclairés posés au sol le long des murs d’accrochage, soulignant les lignes séparant horizontales et verticales,
- d’un grand écran de cinéma,
- d’une table supportant deux projecteurs de diapositives de type « carrousel Kodak » face à l’écran,
- d’un dispositif de diffusion sonore stéréo

La performance consiste pour Olivier Garcin à recevoir le public habillé de noir et blanc, les mains gantées de blancs avec des gants de montage pour le cinéma et à l’installer dans la pièce ; la salle remplie Olivier Garcin se dirige vers la table technique, lance la diffusion de la pièce sonore et projette 180 photographies de paysages produites lors de ses déplacements professionnels artistiques récents (Sénégal, Gambie, Maroc, Paris, sud ouest de la France, Grenoble, Montpellier…). La série de photographies épuisées, le son tourne en boucle et alors le public peut s’attarder sur les dessins, le texte et le pot de l’amitié.