C'est Mozart qu'on assassine, fermeture du « Provence », 1975 | André Riquier