Fragment

Série: 
Nothing for us
Description: 
Au centre de l'espace, un volume en forme de cloche en grillage métallique est suspendu au plafond.
Au sol, des fragments de grillage posés.
Trois murs blancs plantés de clous.

1. J'entre en scène avec un marteau et une pince. Je me déplace à partir du mur de droite, d'une main j'arrache les clous, de l'autre je tape avec le marteau sur les trous. Le son produit par le marteau est très agressif.
2. Il reste l’empreinte du marteau et les trous sans clous.
3. Quand il ne reste plus de clous, je me place sous la cloche, au milieu des fragments.
4. Je jette les outils au sol.
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Fragment", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Concepteur: 
Doohwa Gianton
Executant: 
Doohwa Gianton
Contexte théorique: 
Tout est en construction et déconstruction.
Deux jours, donc deux fois la même action, avec différents costumes (1. travailleur en jeans, 2. le costume à plumes de "Percé").
Pour le son, on n’entend que le bruit désagréable du marteau avec lequel je tape sur le mur.
J’ai choisi l’objet en grillage et les clous pour donner un effet de douceur et de fragilité comme un appel de loin mais aussi pour montrer la solidité de la peine.
Je voulais rendre le son de la cloche visuellement.
Pour matérialiser le son, j'ai découpé et froissé les grillages comme des fragments de verre ou d'éclats d’obus.
La guerre et la paix sont à l'intérieur de chacun.

... N’entendre, n’écouter aux bruits des grandes villes
Que l’appel, ô mon Dieu, des cloches dans la tour,
Et faire un de ces bruits soi-même, cela pour
L’accomplissement vil de tâches puérile...


Paul Verlaine, La Vie humble, 1881.
Percé
Fragment
Où ? Là !

Le titre de la série est Nothing for us. Un même lieu, trois installations correspondant à trois performances.
Je traversais un moment de tristesse. Mon mari m'avait quittée pour l'au-delà... en même temps, je suis rentrée à l'école supérieure d'arts plastiques de Monaco. En 2008, nous avons fait une exposition commune, et j'ai pensé une série avec les poèmes de Paul Verlaine (1881) Sagesse, La Vie humble et Le Ciel est, par-dessus le toit.
Les performances ont été présentées deux jours ; à savoir un jour pour la vidéo avec trois costumes différents, devant un public privé, et une représentation publique pendant le vernissage, avec un seul costume, pendant laquelle je raccommode la partie déchirée. C'est un peu comme coudre une plaie, et rester dans la souffrance.
Effectuations: