Percé

Série: 
Nothing for us
Description: 
Sur un mur blanc sont accrochés deux oreillers. Au dessous d'un oreiller, sur le sol, un tas de plumes est déposé.

1. Devant la scène, je mets de la colle sur mon costume. en même temps je chante.
2. Je rentre en scène et j'enfouis mon visage dans un oreiller.
3. Je déchire l'autre oreiller avec un couteau.
Je vide les plumes qui s’envolent, et avec elles la douleur de l’absence. L’empreinte reste sur l’oreiller.
3. Je rentre dans les plumes qui se collent sur moi. Je reste sans bouger, le silence s'installe.
4. Je me lève doucement et je m'appuie sur l'autre oreiller.
5. Je respire pesamment.
6. Je sors.
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Doohwa Gianton | photographie de la performance "Percé", 2008 | © Doo-Hwa Gianton | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Concepteur: 
Doohwa Gianton
Executant: 
Doohwa Gianton
Contexte théorique: 
Percé
Fragment
Où ? Là !

Le titre de la série est Nothing for us. Un même lieu, trois installations correspondant à trois performances.
Je traversais un moment de tristesse. Mon mari m'avait quittée pour l'au-delà... en même temps, je suis rentrée à l'école supérieure d'arts plastiques de Monaco. En 2008, nous avons fait une exposition commune, et j'ai pensé une série avec les poèmes de Paul Verlaine (1881) Sagesse, La Vie humble et Le Ciel est, par-dessus le toit.
Les performances ont été présentées deux jours ; à savoir un jour pour la vidéo avec trois costumes différents, devant un public privé, et une représentation publique pendant le vernissage, avec un seul costume, pendant laquelle je raccommode la partie déchirée. C'est un peu comme coudre une plaie, et rester dans la souffrance.
La salle est belle pour faire de l’exposition mais cet espace m'a fait repenser à l’hôpital avec les néons, le bruit de ventilateur… ce qui a provoqué en moi une tristesse profonde, peut être la stupéfaction.
La question de l'existence ...
Dans la vie, on peut sentir de la tristesse et la peur mais après le désespoir on trouvera le chemin qui peut aller vers l’espoir.
Un poème de Paul Verlaine m'a inspirée:

Du fond du grabat
As-tu l’étoile ?
Que l’hiver dévoile ?
Comme ton cœur bat,
Comme cette idée,
Regret ou désir,
Ravage à plaisir
Ta tête obsédée,
Pauvre cœur sans lieu !
(...)


Paul Verlaine, Sagesse (1881)
Effectuations: