Au pied de la lettre

Série: 
Sentimentalité
Description: 
Préparation :
Installation d’une mise en scène, sobre, sous le chapiteau, rouge, bleu rayé, sur le bas-côté. Sol de sable, de terre et de gravillons. Des chaises pliantes sont déjà alignées, sur le parquet. Elles sont tournées vers une véritable scène, surélevée. Une poignée de spectateurs attend le regard tourné de l’autre côté, un concert. Utiliser le silence. Le rideau de lettre d’amour, sera accroché entre l’installation et les chaises. Limite entre soi et l’autre, cache. Une toile carrée blanche sera simplement posée au sol. Elle fera office de scène. Un vêtement/toile bleu et un autre rouge, étalés non loin, par terre, aussi. Un tableau noir sur son pied est placé à gauche du carré scénique, avec ses craies. Une paire de ciseaux, un produit démaquillant visage, un flacon de dissolvant pour vernis à ongles, des carrés de toile empilés, dissimulés. Tout est prêt.

Action :
Il n’y aura pas d’annonce. Sur le programme aucune performance n’est annoncée. C’est peut-être l’heure de la sieste. Il fait chaud. C’est à l’ombre dans la lumière rouge du vélum. Je commence avec deux, trois personnes qui se « reposent » sur les chaises. Le public va s’approcher, grandir peu à peu et participer très vite. Les chaises vont se tourner de mon côté, les rangs se reformer. L’action sera totalement silencieuse. Peut-être faudra-t-il dire quelques mots à certains. Tout va commencer avec les lettres. Je vais progressivement couper les fils cousus, prendre une lettre et la donner. Beaucoup de lettres seront distribuées. Des enfants réclameront. On s’approchera et on demandera. Les gens vont se plonger dans la lecture intime de ces pages. Elles auraient pu être écrites par chacun d’eux, un jour, amoureux, toutes générations confondues. Ils me le diront plus tard. Les lettres distribuées, le « rideau » entre le public et moi, est ouvert. Le tableau noir est approché en dessous des restes d’accrochage. Je noterai à la craie une longue liste de verbes d’action, commençant tous par « Dé » comme « défaire, déplacer »… J’effacerai régulièrement en laissant soigneusement les carrés, chiffon de toile, sur le sol. Des formes de mains se dessinent dans le tissu. Rappel primitif de l’art. Origine des signes. La liste des verbes, s’est épuisée. Je place le tableau (essuyé), vers l’arrière de l’espace. Je reviens avec une première série de « questionnaires » : « Quels sentiments me portez-vous … » que je distribue dans le public. Alors, enfin je procèderai au démaquillage. Commencer par le vernis à ongles rouge et le dissolvant. J’utilise des carrés de toile vierge comme autant de micro peinture. La couleur s’inscrit sur les linges. Ils s’étalent, se rangent sur le sol, petit à petit. Puis ce sera le visage. J’utilise un démaquillant crème sur la peau. J’applique délicatement les linges pour plusieurs « empreintes » qui deviennent sur la toile de plus en plus invisible. Les « suaires » et les « voiles de Véronique » rejoignent les autres carrés de toile marqués. Ils s’exposent sur le sol.
Je distribue ensuite, un deuxième « questionnaire » : « Que faites-vous ici… ». Le public joue le jeu. Il regarde et commente par écrire. Les spectateurs sont nombreux maintenant.
Je me dirige vers le grand carré de toile au sol, ma « scène ». Je m’y asseois et détache lentement les liens de mon vêtement. Je suis maintenant nue. Je me relève et arrange soigneusement à plat le rectangle du vêtement. Je pars vers la toile/vêtement bleue posée au sol. Je glisse ma tête et me retrouve à nouveau vêtue. C’est fini.

Une suite d’actions avec Jacques :
Après cela, quand les gens retournaient « dehors », ils se trouvaient face à Jacques Miège qui faisait son action « sentimentale », aussi. Il offrait simplement une rose rouge. Mais avant de la donner, il la passait à la moulinette et l’emballait dans un sac en plastique conditionné. Puis il offrait « sa » rose aux dames…
Le concert attendu a commencé pendant ma performance et puis, s’est très vite arrêté. Le public a suivi dans le silence mon action. Les questionnaires m’ont été rendus remplis. Dans la soirée on voyait encore des personnes, lisant mes lettres.
Conclusion: Je trouve ce travail toujours fou et juste à la fois. Aucun regret. J’ai toujours eu envie de retourner à Lantosque. J’aimerais savoir si un souvenir est resté de cette action.
Mémoire ou réalité transformée. Revoir ce village, faire une enquête : c’est une idée qui demeure en moi. Frapper aux portes, parler aux gens. Demander s’il reste des lettres, quelque part, cachées, dans un tiroir. Peut-être aura-t-on transmis, déformé, l’histoire. Je trouve cette action touchante et pure. C’est le vécu qui prime. La vie seule compte. « L’œuvre d’art » comme une plante qui pousse, grandit, meurt ou fait des fruits, lentement, lentement. Elle travaille avec et sur le temps, dans chaque instant présent. Je crois à l’effet papillon. Un rien peut changer beaucoup. C’est l’accident ! L’art rencontré sur sa route comme une histoire d’amour qui commence. La création et l’état amoureux ne font qu’un, se ressemblent. Cela ne s’arrête jamais. C’est un état d’être au monde.
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Elisabeth Morcellet | photographie de la performance "Au pied de la lettre", 1980 | © Elisabeth Morcellet - ADAGP, Paris 2012 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Concepteur: 
Elisabeth Morcellet
Executant: 
Elisabeth Morcellet
Temoin: 
Jacques Lepage
Organisateur: 
Elisabeth Morcellet
Contexte théorique: 
La difficulté omniprésente de faire exister l’art contemporain dans des ambiances de concert. L’univers silencieux des plasticiens peine à s’imposer avec le son, le gros matériel et les répétitions. Trouver une plage pour présenter une action inattendue. Une première fois avec un réel public hors de l’école, et, non averti.
Effectuations: 
Date de début: 
31 07 1980
Topologie: 
Contexte: 
Festival de musique organisé par Barney Wilen avec participants de tout bord, tout style, toute notoriété. Jazz, rock, classique, folk….avec quelques artistes contemporains invités par le critique d'art Jacques Lepage. Un chapiteau, des scènes ouvertes pour musicien, un après-midi, dans l’arrière pays niçois.
Organisateur: 
Adresse: 
Lantosque
Objets: 

LETTRES D’AMOUR dans leur enveloppe, restantes de l’installation et de la distribution pendant action, au nombre de 5 dont 2 d’entre elles encore cousues ensemble, de couleur bleues. Les 3 autres sont séparées, deux bleues, une blanche. Form...

Technique description référence: 
LETTRES D’AMOUR dans leur enveloppe, restantes de l’installation et de la distribution pendant action, au nombre de 5 dont 2 d’entre elles encore cousues ensemble, de couleur bleues. Les 3 autres sont séparées, deux bleues, une blanche. Format de chaque enveloppe : 16 x 11 cm. Lettres envoyées par le même amoureux de Granville de 1975 à 1978 à Elisabeth Morcellet Les Marinières. Bloc I. Avenue Albert 1er. 06230 Villefranche / Mer (4) et (1) à E.M. 17 Chemin de la Maïoun Grossa Nice 06.
16 x 11 cm (x5)

OBJETS PREPARATOIRES<br /> d - LETTRE D’AMOUR du 20.01.77 au 22.01.77 (même amoureux) en bocal verre, couvercle plastique blanc (7 x 5,5 cm), brulée le 7 mars 1978 e - LETTRE D’AMOUR du 12.11.77 avec enveloppe du 14.11.77 (même amoureux) en b...

Technique description référence: 
OBJETS PREPARATOIRES<br /> d - LETTRE D’AMOUR du 20.01.77 au 22.01.77 (même amoureux) en bocal verre, couvercle plastique blanc (7 x 5,5 cm), brulée le 7 mars 1978 e - LETTRE D’AMOUR du 12.11.77 avec enveloppe du 14.11.77 (même amoureux) en bocal verre, couvercle plastique rose (7 x 5,5 cm), pliée en cinq f - 22 CARRES DE TOILE de coton, formats inégaux (maximum : 18 x 7 cm ou 12 x 14 et minimum 10 x 5 cm) avec courte phrase manuscrite à l’encre. Datés du 14 Avril, 16 Avril et 2 Mai 1980. Pensées signées « Moi » ou « Eux ». g - CARRES TOILE SUAIRE, empreintes de maquillage visage, (38 x 38 cm environ) 17 SERIES « JOURNAL » avec plusieurs empreintes : 14 Avril 1980 (2) ; 15 Avril 1980 (3) ; 16 Avril 1980 (4) (4) ; 20 Avril 1980 (2) (3)(6); 21 Avril 1980 (3) ;1er Mai 1980 (5) (2)(5) ; 2 Mai 1980 (5)(4)(4) ; 10 Mai 1980 (3)(2)
16 x 11 cm (x5)
Documents: 

Le Festival ouvert de Lantosque : Pas de vedette mais la joie de participer

Type: 
Presse
Technique description référence: 
coupure jaunie avec traces de colle, du journal « Nice-Matin » Aout 81, une photo.Collé sur support cartonné, recouvert d’un papier de protection 2- (31 x 20,5cm) coupure jaunie avec traces de colle, du journal « Le Patriote Côte d'Azur » Août 81, trois photos de musiciens, titrée « Du 29 Juillet au 1 Aout LE FESTIVAL OPEN DE LANTOSQUE » collé sur support cartonné 32 x 23cm, recouvert d’un papier de protection. (malle) 1 COPIE ARTICLE PRESSE(chemise)
32 x 17,5 cmMORCEL

Du 29 Juillet au 1 Aout LE FESTIVAL OPEN DE LANTOSQUE

Type: 
Presse
Technique description référence: 
coupure jaunie avec traces de colle, du journal « Le Patriote Côte d'Azur » Août 81, trois photos de musiciens. Collé sur support cartonné, recouvert d’un papier de protection
32 x 23 cmMORCEL

COPIE ARTICLE PRESSE

Type: 
Presse
Technique description référence: 
COPIE ARTICLE PRESSE
MORCEL

TITRE ACTION sur papier Canson

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
TITRE ACTION sur papier Canson
58 x 78 cmMORCEL
Elisabeth Morcellet | trace de la performance "Sanctuaire", 1979 | © DR | courtesy Elisabeth Morcellet

NOTES LECTURES/IDEES… JRP N° 7 (29.08.78/04.79). Derrida La vérité en peinture…Restitutions . JRP N° 8 (12.05.79/12/04.80 : Objets du fétichisme…..Gina Pane la femme peinte….. Détour autour de courbes G. Lascault : Noeuds.....”Travers...

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
NOTES LECTURES/IDEES… JRP N° 7 (29.08.78/04.79). Derrida La vérité en peinture…Restitutions . JRP N° 8 (12.05.79/12/04.80 : Objets du fétichisme…..Gina Pane la femme peinte….. Détour autour de courbes G. Lascault : Noeuds.....”Traverses” Maquiller.....Otto Rank Le traumatisme de la naissance.....Pieer Paul Lacas “Musique, violence et ransgression”....P. Bruckner et A. Finkielkraut “Le nouveau désordre amoureux” ...J.R.P. N°9 (19/06/80/ 04/81 1983/1993/2008) ...Art Sociologique Hervé Fisher Conscience sociale....Derrida “ Eperons des styles”.....”La jouissance et la loi” .... Gille Deleuze “Répétion et Différence” ....Proust “A l’ombre des jeunes filles en fleurs”.....(JRP)
MORCEL

« RECONSTITUTION »<br /> a - « Action reconstitution » 15 janvier 81 : 3 pages manusrite, encre noire.<br /> b - « Action de la Reconstitution » : 1 page manuscrite.<br /> c - « Questionnaire/Guide/Témoignage » 1 page avec 8 ou 9 questions p...

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
« RECONSTITUTION »<br /> a - « Action reconstitution » 15 janvier 81 : 3 pages manusrite, encre noire.<br /> b - « Action de la Reconstitution » : 1 page manuscrite.<br /> c - « Questionnaire/Guide/Témoignage » 1 page avec 8 ou 9 questions pour interview sur action.<br /> d - « 19 Janvier 81 » 3 pages, liste des témoins à l’action, 8 noms connus.<br /> e - TEMOIGNAGE D’ACTION : interview de Pascal Simonpiétri, né le 30.05.58, retranscrites en 3 pages manuscrites
MORCEL

« TEXTES GENERAUX »<br /> a - « Globalement, Travail artistique » encre bleue, manuscrit, 10 pages.<br /> b - « Lignes générales », 5 pages manuscrites. c - « Répertoire », 8 pages manuscrites.<br /> d - « Normalisation » 9 juin 80, 1 pa...

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
« TEXTES GENERAUX »<br /> a - « Globalement, Travail artistique » encre bleue, manuscrit, 10 pages.<br /> b - « Lignes générales », 5 pages manuscrites. c - « Répertoire », 8 pages manuscrites.<br /> d - « Normalisation » 9 juin 80, 1 page manuscrite.<br /> e - « Notes sur la performance » 24 avril 81, 4 pages manuscrites.<br /> f - « 20 Octobre 80 » 5 pages manuscrites.<br /> g - « Situation personnelle par rapport aux autres pratiques » 7 pages manuscrites.<br /> h - « 3 Points » : 4 pages manuscrites.<br /> i - « Il est mortel » : 5 pages manuscrites.
MORCEL

COMPTE-RENDU DACTYLOGRAPHIE de performance par le critique Jacques Lepage, 2 PAGES copies d’époques avec Nom/ Description/Remarques/Conclusions<br /> a- 2 pages envoyées par Jacques Lepage<br /> b- 2 pages envoyées par Ben Vautier avec au dos é...

Type: 
Manuscrit
Technique description référence: 
COMPTE-RENDU DACTYLOGRAPHIE de performance par le critique Jacques Lepage, 2 PAGES copies d’époques avec Nom/ Description/Remarques/Conclusions<br /> a- 2 pages envoyées par Jacques Lepage<br /> b- 2 pages envoyées par Ben Vautier avec au dos écrit par lui : « Abonne-toi à Scribouill’art »
MORCEL