Sans titre

Beuil été 81
Description: 
ARDOISE N°65 – CRIA
BEUIL été 81
« inauguration » de la semaine CRIA

Donc du 1er au 9 Août, une équipe d'une douzaine de créateurs sera à Beuil (petit village du Haut Pays Niçois) plus les participants de dernière minute pour mener cette semaine de création. L'expérience se présente bien et sera certainement très riche – bien que le Parc National du Mercantour semble vouloir retirer sa subvention au dernier moment (sans commentaire !).
Comme l'an passé créer une fête, où se mêle le spectacle et la vie quotidienne, liée au site, à la population, l'architecture, la vie locale... mélange harmonieux de familier et d'ésotérique.
Voici l'avant-programme (soulignées, les manifestations publiques « annoncées »)
- Samedi, soir, arrivée sur les lieux. Concert par un orchestre allemand (rien à voir avec nous)
- Dimanche, 12h rendez-vous pour l'équipe, préparation de la place pour première intervention :
18h « inauguration » (théâtralisée) par le maire de la semaine, avec photos etc.
21h30 projection des photos de l'été dernier
- Lundi, 21h musique sous les fenêtres des villageois (nous, plus trio A.M.E., plus Yves)
dans la journée début de : création avec les enfants, photo théâtralisée, personnages.
- Lundi / Mardi / Mercredi, CÉLÉBRAL II sur la montagne de Beuil. Je propose la poursuite de la recherche amorcée l'été dernier, à savoir : naissance d'une fête dans la nature. Cette fois-ci les participants auront trois jours pour apprécier le lieu et « tracer » leur passage.
- Jeudi, 21h le Bœuf du CRIA c'est-à-dire nous nous montrons les éléments que nous avons découverts : images, sons, personnages etc. nous projetons (ou le vendredi) le reportage sur le Célébral II.
- Samedi, 21h La Fête. Bal théâtralisé, on danse, on regarde... Dimanche 12h, repas avec...?
Cette intervention à Beuil devrait correspondre au rétablissement financier du CRIA. Ça aura été dur, mais... En septembre nous devrions retrouver, en principe une situation saine : pauvre, mais sans dettes ! Quand les pouvoirs publics comprendront-ils que nous sommes la structure culturelle de l'avenir ?? Enfin.
Rappel : La Subvention Éducation ne saurait tarder, Anne Lacour a le chèque pour les remboursements de frais. Le Ministère de la Culture attribue enfin une subvention au CRIA : 30 000 F. La saison 81/82 s'amorcera par une suite de rencontres et de réflexions (entre nous).

Amitiés à tous
Concepteur: 
Jean-Claude Bussi
Organisateur: 
Jean-Claude Bussi
Contexte théorique: 
BEUIL 1981 – CRIA

ACTIVITÉS

On aura donc une série d'actions apparaissant initialement comme « éclatées », mais qui concourent, tout en approfondissant l'expérience créatrice, à rassembler le groupe et intégrer à l'activité même quelques individus extérieurs, à établir avec le « public-village » une relation plus forte que celle du divertissement passager.
Soit des interventions :
- d'animation de maisons, cours, ruelles
- travail sur les couleurs, l'architecture, les légendes et l'histoire
- les mini-fêtes en fin d'après-midi
- spectacles « dans le site », au village
- travail à l'extérieur du village (interventions de plasticiens dans la « reprise en compte d'un site » – Le Célébral n°2
- prises de contact « d'information » avec des agglomérations voisines
- participation à la réflexion – action à propos de l'étude sur « le rôle des murs »
Le Théâtre Exposé et Célébral sont une partie d'un mouvement considérable qui s'est créé autour de et par le CRIA (Centre de Recherches et d'Intervention Artistiques) à Nice entre 1975 et 1985 approximativement.

La somme de spectacles, d'animations en institutions (scolaire et santé), ainsi que participations à différents mouvements sociaux produite par le CRIA est impressionnante.

On rappellera aussi que le climat social était plutôt favorable à ce type de création. Ces deux types de création s'inspirent aussi de l'idée de J.-C. Bussi, créateur du CRIA et instigateur de Théâtre-Exposé et Célébral : « Il y a en chacun de nous un point de résistance à l'aliénation ».

En général les performances des plasticiens modernes veulent toujours s'inscrire dans une « historicisation » de l'art contemporain, fantasmée depuis que Duchamp en a déclenché le processus (ça c'est mon opinion...). Les performances sont donc largement photographiées, filmées, datées, mises en catalogue pour figurer dans le cursus et le book de l'artiste.

Rien de tout cela dans nos tentatives. Elles furent réalisées « à mains nues », dans une dynamique d'improvisation toujours proche du chaos, sorte de free jazz théâtral, gouvernées par la seule introspection des acteurs, par ailleurs parfaitement en sécurité dans la compagnie des subjectivités réunies dans ces circonstances.

Critères de base :

Entre 6 et 12 intervenants « juxtaposés » dans le même espace de jeu, chaque intervenant est cloisonné dans son propre imaginaire avec lequel il dialogue en agissant des situations.

Le Théâtre Exposé est en intérieur, il a une durée limitée.

Le Célébral est en extérieur, il peut durer entre 3h et 2 journées.

Les interactions entre intervenants ne sont pas recommandées.

En général la progression dramatique est muette, sans texte, bâtie autour d'objets, de costumes, de mises en situation, d'événements corporels, posturaux ; la référence essentielle est cependant plus théâtrale que plastique. En ce sans le happening des années 1960 en est une référence, la provocation publique en moins.
Le vocabulaire, les figures et styles, et l'imagerie en sont plutôt archaïsantes, et les signes de la modernité absents. Des sortes de rituels en cours de bricolage, et qui ne verront pas leur conclusion.

Ce qui est visé c'est une exposition expressive de soi, généralement en dehors de tout public.

On peut citer ici J.-C. Bussi : « Dans sa geste face au soleil, il expose les mouvements de sa pensée dans l'univers microscopique qu'il a établi. »

Plusieurs actions de ce type ont été réalisées entre 1978 et 1983 ; en voici la liste :

Théâtre Exposé MJC Gorbella 1978
Masques Valbonne chez Émile de la Tour 1979
Les Valises Sainte Marguerite Nice 1979
Les Objets de la Félicité Montagne de Beuil 1980
Interventions (sans titre) Village de Beuil 1981
Célébral Forêt de la Sanguinière Esteng 1982
Célébral Mont Agel 1983

[texte rédigé en 2012, NDLR]
Effectuations: 
Documents: 
Témoignage: 
Jean-Claude Bussi par Catherine Delserre et Philippe Chartron | Sans titre, Beuil été 81