Pansémiotique

Description: 
A l’occasion de cet exposé, j’ai demandé au public de m’applaudir à plusieurs reprises.

GENERALITES SUR LA PANSEMIOTIQUE

Chers amis,
Ce que je puis dire aujourd’hui de la Pansémiotique, c’est qu’elle induit par sa pratique un processus de réceptivité. Pratique de signes d’abord, qui se présentent dans le champ de l’ouverture constitutive de notre objet. Objet à venir, de connaissance évidemment.
Pratique de l’organisation de ces signes qui assurent une connexion pos sible des choses en leur attribuant fonction de modèle. Le repérage de modèles constitue l’unité significative d’une situation de discours. Et cette situation nous donne le cadre d’une intervention première.

Première intervention
Mise à jour de notre répertoire qu’une polysémie qui lui est propre, puisque dépendante du sujet (de sa situation), devient garante du support d’un état de vacuité. Etre prêt à saisir, c’est le paradoxe du vide ! Du vide qui permet cette disponibilité à la vacuité.

Jeu de style, jeu de mots ou délire
Je dirais de dés, dans l’acceptation symbolique de ses six pans (minéral, végétal, animal, humain, psychique, divin) et de la lyre bien sûr, comme symbole de l’harmonie cosmique. Ainsi, le coup du délire comme moyen de préhension porte en lui l’ordonnance du sens qui le constitue.
Revenons-en à notre affaire, affaire de connaissance assurément, mais faut-il la considérer comme vraie ? Si la normalité interne à une pensée délirante ne correspond pas aux critères sociaux, et si cette pensée est exclusive à elle-même, nous sommes dans un pathos, n’en doutons pas. Mais si la notion de modèle est en jeu lorsque le cadre est établi comme je l’ai précédemment avancé (mais non complètement développé), nous pouvons alors, dans l’avancée du délire faire oeuvre de création. Créer, ce n’est pas remplir, c’est en sorte qu’une place vide surgisse là où le désir prend place.

Mas dans son atelier, à considérer comme lien : "à te lier"
Le Pansémioticien sera celui qui, d’une position : d’artiste, de scientifique, d’analyste (position sociale instituée) mènera une avancée par la mise en oeuvre transconceptuelle des données qu’il aura dégagées, suspectées, digérées, inventées.

Oh ! Restes matériaux par excellence du Pansémioticien !
Il n’y a que des restes aux rangs de ceux qui s’alignent pour dire “mettons-nous à table”, disons tout, et ensuite tout ira mieux. Des clous, et sûr, mais le consensus vient de là, on s’en contente souvent, car il fait partie des attitudes vitales. Oreste, ce personnage mythique représente à nos yeux celui qui assure le juste retour. Avec lui, les rogatons deviennent des témoins à son service et par eux, il s’assure de reprendre son dû. Que peut reprendre le Pansémioticien ?

Il peut tout reprendre, c’est non seulement le coup d’état permanent dans le sens d’une prise de pouvoir qui se reprendrai elle-même, mais aussi d’une nécessité de dire, je reprends à 1(un). Car celui qui dirait zéro, se prendrait pour Dieu lui-même, et là, avec la mystique, "rien ne va plus, les jeux sont faits".
J’ai la nette impression de vous situer des zones dangereuses : mystique, délire, pathos, Oreste... Remarquez, il est parfois bon de les prendre pour ensuite pouvoir s’en jouer.
Ce ne sont là que des rappels à qui veut bien entendre, pour bien articuler. Car la Pansémiotique est aussi une affaire d’articulation, c’est-à-dire de science.
La Pansémiotique est une science absolue car elle possède en elle-même tous ses critères de pertinence. Elle est à la fois science du vrai (effets de vérité), du juste (on peut tout expliquer avec), mais ce n’est pas une science exacte (chaque Pansémioticien pouvant aboutir à des résultats ou à un résultat différent). Je dirais même devant, doit aboutir à un résultat différent... Par contre, les effets peuvent se recouper - cela est une question de sujet. Elle est d’une absolue relativité.

Je vous donnerai prochainement un exemple concret, sur le thème "Pansémiotique et inconscient !"
A bientôt, Pansémiotiquement.
Jean Mas | photographie de la performance "Pansémiotique", 1989 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Jean Mas | photographie de la performance "Pansémiotique", 1989 | photographie : © DR | courtesy de l'artiste
Concepteur: 
Jean Mas
Executant: 
Jean Mas
Sources bibliographiques: 
cité in Performas, 40 ans d'art d'attitude, Alain Amiel, 2010
Organisateur: 
Jean Mas
Effectuations: 
Lieux: 
Date de début: 
1989
Topologie: 
Contexte: 
Fluxus, Nice, rétrospective
Adresse: 
Nice