De cinq minutes en cinq minutes

Description: 

La construction de compositions créees par des modèles qui choisissent sur des feuilles quadrillées leur case parmis les 42 cases anonymes 6 x 6 présentées sur une feuilles de papier.

Je m'installe dans l'une des chaises de la promenade des anglais face a moi une chaise vide. J'ai un carton à dessin sur lequel j'ai posé une feuille de 450 x 320 quadrillé par 42 cases de 60 x 60. A mes pieds un flacon d'encre de chine et un porte plume. Je demande aux passants « Avez vous cinq minutes à m'accorder ». En réponse j'ai droit à l'indifférence, à la fuite, à l'ignorance, à la curiosité et souvent à ces cinq minutes.

Le modèle s'assoie sur une chaise en face de moi. Je lui demande de choisir la case où il veut être dessiné. Ainsi s'élaborent au fil des jours des compositions ordonnées par mes modèles. Ces compositions ne sont pas totalement aléatoires puisque chaque modèle est influencé par la place des portraits précédents ou par la feuille blanche. C'est moi qui décide quand je considère que la composition est terminée.

( Ce travail se divise en deux période 1ere ce sont les modèles qui choisissent leur cases, deuxième période où c'est moi qui choisi leur place suivant des protocoles que je me fixe. )

La majorité des personnes se posent spontanément de face et souvent me regarde dans les yeux. C'est en général la première fois qu'ils posent, ils acceptent qu'un œil inconnu les regarde et c'est pour moi une remise en cause naturelle du portrait académique et esthétique classiquement accepté, je ne suis pas portraitiste.

Nous sommes habitué à être représenté avec des groupes d'appartenance, en classe, en famille, mais nous avons rarement été représenté dans un groupe dont nous ignorons tout de ses membres. L'anonyme de la promenade a peu de probabilité d'avoir son portrait dans un lieu d'exposition ou dans un musée. Artiste ou apprentis artiste je fais de mon mieux et dans leur fort intérieur mes modèles ont le désir partagé de prendre le devant de la scène, de passer à la postérité même si c'est par personne interposée.

C'est également une mise en déséquilibre de ma part car le portrait n'est pas toujours ressemblant au modèle, je n'ai pas une solide formation de portraitiste. L'utilisation d'une plume et de l'encre de chine ne permettent pas la retouche. Il peut rajeunir vieillir, être très ressemblant ou très loin du modèle. Le passant est parfois surpris par la distance qu'il y a entre ses attentes et la représentation qu'il a sous les yeux.

Ce qui me plaît sur cette promenade c'est le brassage socioculturel du lieu où chacun semble se sentir chez lui. Suivant la personne qui est en face de moi , je deviens un Artiste ou un apprentis portraitiste. Le désir de sortir de l'anonymat est l'un des moteurs de mon travail et c'est aussi celui des modèles.

Chaque modèle est averti que ce travail sera exposé. S'il me donne son adresse, il recevra une invitation.

Ce travail rentrait dans le thème de « Ce ne sont pas mes dessins qui nous ressemblent mais bien nous qui ressemblons à mes dessins »

Je fis environ 500 portraits et une grande partie des compositions furent exposées du 8 au 31 octobre 2002 à la Brêche. Un grand nombre des personnes présentent étaient là à la recherche de leur propre portrait bien plus que pour l'exposition en elle même. Dans ce clin d'œil à l'égo le thème est devenu « Ce ne sont pas mes dessins qui vous ressemble mais bien moi qui ressemble à mes dessins » HC

Le matériel du portraitiste
Hervé Courtain | photographie de la performance "De cinq minutes en cinq minutes", 2000 | Le matériel du portraitiste | photographie : © Hervé Courtain | courtesy de l'artiste
Concepteur: 
Hervé Courtain
Organisateur: 
Hervé Courtain
Effectuations: 
Lieux: 
Date de début: 
2000
de 5 en 5 minutes
Topologie: 
Contexte: 
les chaises de la promenade, le coté anonyme des passants
Adresse: 
face au Palais Massena
rue
Nice
France
Objets: 

un encrier

Technique description référence: 
un encrier
Documents: