Pierre Pinoncelli

Né en 1929 à Saint-Etienne, Pierre Pinoncelli a marqué les esprits pour avoir dégradé l’urinoir de Duchamp (en 1993 et en 2006). On lui reproche de se tromper de cible. Mais tel est le parcours de cet artiste qui, depuis la fin des années 1960, ne cesse de bousculer –avec parfois beaucoup de violence– les codes de l’autorité et du pouvoir. Pinoncelli est une sorte de compagnon bourru et spontané de l’Agitprop. Parmi ses nombreux faits d’armes, le plus célèbre est d’avoir aspergé de peinture Malraux en 1969. Il enchaîne en 1970, en recouvrant son corps de bandelettes, avec le mot « Biafra » écrit au sang, déambulant en momie sur l’avenue Jean Médecin à Nice. La même année, il part de la promenade des Anglais pour Pékin afin de rencontrer Mao (son séjour en Asie dure près d’un an). Et le 4 juin 1975, il attaque, masqué et armé, la banque Société Générale de Nice (Hold-Up contre l’Apartheid).