Michel Journiac

Né en 1935 à Paris (mort en 1995 à Paris), Michel Journiac entre au séminaire en 1956 puis devient en France l’une des figures majeures de l’art corporel. Le corps est un instrument politique et social, le réceptacle d’analyses psychanalytiques que l’artiste travestit, érotise et désacralise. Il est selon sa propre expression « une viande consciente socialisée », un boudin fait de son propre sang qu’il distribue à l’auditoire en habit illégitime de prêtre (Messe pour un corps, 1969). Michel Journiac met à mal les théories freudiennes (Hommage à Freud, 1972 ; L’Inceste, 1975) et poursuit formellement, de diverses manières, une recherche sociologique basée sur ses propres questionnements identitaires.