Marcel Bataillard

Né en 1967 à Toulon, Marcel Bataillard questionne l’image, sa vérité et véracité en tant que trace, témoignage, preuve. En 1993, se basant sur les concepts d’immortalité et d’identité, il devient « le peintre aveugle » et développe une pratique centrée sur un aveuglement simulé, donnant naissance à des œuvres où jeu, virtuosité et expérimentation ont la part belle. Dans leur prolongement, des performances mettent en scène la figure du « peintre aveugle » et se jouent de la place du regardeur : modèle et voyeur dans les blind dates –rencontres artistiques d’un soir– ou « initié » aux mystères de la cécité, lors de la visite de l’exposition qu’il a consacrée à Saint Thomas. Via la littérature et le chant, il évoque ses origines corses ou ses influences dans des conférences/lectures hybrides qui sont autant de démonstrations par l’absurde.