Hervé Courtain

Né en 1951 à Montfort l’Amaury, Hervé Courtain travaille en miroir avec un certain Gaétan Bellevue. Le fer de lance de son travail pourrait se résumer par « Je pique donc je suis », sans que l’on sache si « je suis » vient d’être ou de suivre, sans savoir quel sens donner à piquer. Ses modes d’expression sont souvent opportunistes, voire contestataires ou activistes comme la mouche du coche. Il s’approprie et restitue... quoi ? Ses œuvres se rencontrent chez de rares collectionneurs anonymes. Artiste solitaire, ses actions sont longuement réfléchies ou spontanées, elles sont liées les unes aux autres et s’appuient sur sa production de peintre plasticien. Il s’incruste dans des lieux ciblés. C’est un artiste qui ne voudrait pas être là où on l’attend tout en voulant être là où on ne l’attend pas.