Alexandra Guillot

Née en 1980 à Bayonne, Alexandra Guillot vit aujourd’hui à Nice. Son activité tend à poursuivre ce qui échappe, ce qui file, ce qui s’efface, ce qui s’effondre ou ce qui tend à disparaître. Le signe, chez Alexandra Guillot, nous renvoie à la littérature, à la fiction, dans laquelle l’autobiographie jouerait un rôle important. Mais ici pas d’autofiction, elle utilise au contraire les expériences vécues comme vecteurs de création, comme antidote ou « anti-mort ». Ainsi dans la performance Silencio (2011, Cagnes-sur-Mer), Alexandra gaspille son temps, gaspille son énergie et broie du blanc. Passant au destructeur de documents, des centaines et des centaines de feuilles A4 où les mots ne sont qu’absence, elle donne ainsi corps au vers de Mallarmé : « sur le vide papier que la blancheur défend ».